mardi 24 septembre 2013

Le cimetière de Prague - Umberto Eco

Il y a quelques mois, quand je lisais ce livre, j'en ai parlé à un prof de français qui m'a dit "ah tiens, je ne savais pas qu'on pouvait lire Umberto Eco pour le plaisir..." Euh, et bien, ma foi si !

Quand je lis un livre d'Umberto Eco (n'allez pas croire que j'en lis tous les deux jours non plus, hein, jusqu'à présent, à part celui-ci, j'ai lu le Nom de la Rose et Le pendule de Foucault), je sais que je ne vais pas tout comprendre, mais que je vais apprendre des tonnes de trucs et au final, j'aime beaucoup (vous ne vous figurez pas la satisfaction que c'est d'arriver au bout d'un de ses pavés !).


Contrairement à ce que je pensais, l'histoire ne se passe pas à Prague. Raté ! (Manie chez moi, je ne lis pas les résumés, j'ai un sixième sens qui décide arbitrairement si ça va le faire ou pas, mais sans lire le résumé. Je suis bizarre, je sais.)

Résumé
De Turin à Paris, en passant par Palerme, nous croisons une sataniste hystérique, un abbé qui meurt deux fois, quelques cadavres abandonnés dans un égout parisien. Nous assistons à la naissance de l'affaire Dreyfus et à la création de l'évangile antisémite, Les Protocoles des sages de Sion. Nous rencontrons aussi des jésuites complotant contre les francs-maçons, des carbonari étranglant les prêtres avec leurs boyaux. Nous découvrons les conspirations des renseignements piémontais, français, prussien et russe, les massacres dans le Paris de la Commune où l'on se nourrit d'illusions et de rats, les coups de poignard, les repaires de criminels noyés dans les vapeurs d'absinthe, les barbes postiches, les faux notaires, les testaments mensongers, les confraternités diaboliques et les messes noires... (source)
Vous en apprendrez donc long sur l'unification de l'Italie et autres événements qui se sont produits à la même époque. Le livre est paru en 2010, mais l'intrigue se déroule de 1865 à 1897. Elle se présente sous forme de carnets écrits par le personnage principal, Simon Simonini.


Mon avis
J'ai adoré ce livre, et principalement parce qu'il est franchement politiquement incorrect. Le héros est formidable : c'est je pense le héros le plus détestable depuis l'invention de l'écriture. On ne sait pas trop si il est schizophrène ou non, il n'aime PERSONNE, il est complètement raciste et antisémite, italo-français, mais il n'aime ni les Italiens, ni les Français (ni les Allemands, ni les Autrichiens, ni... la liste est longue). C'est un espion-escroc-faussaire qui trempe son nez dans toutes les affaires de son temps. Tellement excessif que ça m'a fait rire.

J'ai tendance à trouver que les romans sont de plus en plus policés et font bien attention à ne choquer personne, pour le coup, ça fait un bien fou. Âmes sensibles s'abstenir, mais je le recommande pour ce côté complètement décalé.

5 commentaires:

  1. il est sur ma liste , il faut que je le lise.

    RépondreSupprimer
  2. Cette critique donne très envie de le lire ! D'autant que je crois qu'il traine ici mais faut que je fouille dans le bordel de mon copain... Bref, par contre, je ne saisis pas ce qu'a voulu dire le professeur, au choix : pas pour le plaisir car c'est de la merde historico-religieuse vulgarisée OU pas pour le plaisir car Umberto Eco peut être difficile d'accès ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense qu'il voulait dire que Eco, c'est chiant et compliqué, et qu'on ne le lit que quand on est obligé.

      Supprimer
    2. Bon, ça me donne tout de même très envie de le lire, merci pour la précision :-)

      Supprimer
    3. ah mais moi je ne suis pas d'accord, hein
      moi c'est balzac qui me donne envie de décéder, Eco, j'aime bien :)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...