samedi 28 septembre 2013

Oscar Wilde et le mystère de Reading - Gyles Brandreth

Je vous ai parlé de ce livre dans ma rubrique Le chat vide son sac, et je n'ai pas résisté longtemps à la tentation (en même temps, résister à la tentation de lire un livre qui parle d'Oscar Wilde, ça aurait été trop bête!) de découvrir ce roman. Petit rappel : il fait partie d'une série d'intrigues (fictives) qui mettent en scène Oscar Wilde en s'inspirant de sa vie. Il y a donc deux lectures : d'une, on découvre une partie de la vie d'Oscar Wilde, de l'autre, on peut lire une intrigue policière. 


L'intrigue
Cette intrigue raconte le séjour d'Oscar Wilde en prison suite à sa condamnation pour atteinte à la pudeur (c'est qu'à l'époque, on ne rigolait pas !). Tout est donc très sombre, car à l'époque, dans les prisons anglaises, ça filait doux. Les conditions y sont très rudes. Quand plusieurs morts étranges surviennent, dont on ne sait pas si ce sont des meurtres, où si elles sont accidentelles, les dignitaires de la prison mettent à profit le génie de Wilde pour résoudre l'affaire le plus discrètement possible. Ce qu'il fait, sans mettre le nez hors de sa cellule, simplement en posant les bonnes questions et en observant, comme le lui a appris son ami Sir Arthur Conan Doyle.

Le lieu
Le mot "Reading" dans le titre désigne la prison de Reading Gaol, en Angleterre, qui existe encore de nos jours. On y appliquait à l'époque de Wilde les travaux forcés (casser des cailloux, trier de l'étoupe...) et le système séparé : toute communication était interdite, les prisonniers portaient une cagoule en permanence et étaient appelé par leur matricule, ce qui fait qu'on ne connaissait pas ses propres voisins de cellule.


Après son séjour en prison, Wilde ne sera plus jamais le même, il n'écrira presque plus et mourra 3 ans après sa sortie d'une méningite. Il publiera quand même son récit dans la Ballade de la geôle de Reading en 1897, qui est restée très célèbre :
Jamais je n’ai vu un homme scruter
Avec des yeux aussi pensifs
Ce petit pan de tente bleue, là-haut,
Que les prisonniers nomment ciel,
Et chaque nuage errant qui glissait
Avec sa voilure d’argent.
(...)

Et nous tuons, tous, ce que nous aimons
- Que cette phrase en nous se grave :
Les uns le tuent avec un dur regard,
D'autres avec des mots suaves
C'est avec un baiser que tue le lâche,
Avec l'épée que tue le brave !


Mon avis sur le roman 
Un livre très intéressant qui m'a permis de mieux connaître le personnage d'Oscar Wilde. Par exemple : saviez-vous qu'il aurait servi à Conan Doyle de modèle pour le frère de Sherlock Holmes ? J'adore ses textes et sa plume acerbe, mais au fond, je ne connaissais presque rien de l'homme. J'ai beaucoup aimé cette façon de mettre en scène un personnage fictif : l'auteur s'est beaucoup inspiré de la réalité pour écrire son roman. Il ne faut pas compter sur l'intrigue policière pour vous tenir en haleine jusqu'au bout de la nuit, ce n'est qu'une petite partie du roman, on est plutôt pendu aux lèvres d'Oscar Wilde qui raconte son séjour à la première personne. Je l'ai dévoré en peu de temps, car j'ai passé ces derniers jours à attendre un train, un bus, un rendez-vous... L'attente en est même devenue agréable !!


2 commentaires:

  1. Ah génial, ca m'a l'air super intéressant, moi qui ne connait pas trop Oscar Wilde ! J'ajoute à ma wish list ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et paf, encore une PAL qui s'allonge à cause de moi :)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...