vendredi 11 octobre 2013

Et ouais, j'ai testé une liseuse électronique (et je vous dis tout, tout, tout)

Depuis que j'ai entendu parler de cette invention, je passe pour une vieille réfractaire à la technologie en criant que c'est l'antéchrist et que ça détruit le plaisir de la lecture. Ce qui est bien beau, mais ce n'est pas dans mes habitudes de juger sans essayer (j'ai même lu Twilight pour gagner le droit de clamer haut et fort que c'était un torchon, mal traduit de surcroît, c'est vous dire).

Si, si, c'est bien moi.
Essayer, OK, débourser 100 euros pour essayer, oui, mais non, je préfère acheter 10 bouquins pour ce prix. En plus, je suis allergique au tactile et aux tablettes, il me faut un clavier et une souris. Point. Ca, c'était mon discours jusqu'au mois dernier, quand un jeune auteur m'a envoyé l'e-book de son roman pour que je le lise, et que j'ai bien été incapable de le lire sur mon ordinateur. Trop désagréable. Ni une ni deux, je me lance dans le trafic international de Kindle et m'en fais prêter une par la blogueuse suisse Je sors toute seule. Voici donc mon avis de vieille réfractaire à lunettes de même pas 25 ans.

Première heure : déballage, prise en main et tentative de synchroniser mon epub sur la Kindle (Paperwhite, la dernière qui vient de sortir cette semaine, mon dieu, mais je suis à la POINTE de la technologie...). J'ai lutté pour ne pas balancer la chose par la fenêtre ! La prise en main était atroce, la notice sur la Kindle, pas sur papier, ce qui est monstrueusement pratique quand on essaye de se servir d'un truc pour la première fois. Qui dans cette salle lit les notices de A à Z ? (Mal conçue, en plus, la notice, je trouve.) Je suis allée récupérer la notice sur internet pour la lire sur mon ordinateur... Logique.

L'accessoire CAPITAL qui manque à la Kindle !
En plus, j'avais l'impression à lire ladite notice qu'on ne pouvait que récupérer des ebooks depuis la boutique en ligne. Ce qui est bien mignon, mais je m'en fichais un petit peu puisque j'avais déjà tout sur mon ordi. DEUX lignes noyées dans la masse des 200 pages expliquent comment synchroniser un ebook à partir d'un ordinateur. Oui, mais... ça ne marche pas !!! Heureusement que je suis dégourdie (on ne pouffe pas, là-bas au fond), je suis donc allée faire des recherches pour me rendre compte que les Kindle ne prennent en charge qu'UNE extension, .MOBI. Hop, nouvelle recherche pour trouver un convertisseur. C'est bien beau que je sois spécialisée en recherche Google, mais ce n'est pas ma grand-mère qui aurait fait ça, je vous le dis, elle serait déjà allée renouveler son abonnement à la bibliothèque municipale... Public cible restreint, donc (ou assisté).

Bilan : une heure pour pouvoir afficher mon roman sur la Kindle. Ca démarre mal. Heureusement, une fois que c'est fait et qu'on a compris comment naviguer dans le livre, ça roule.

Dans le détail :


J'aime 
  • La liseuse se rappelle où on s'est arrêté, pas de pages cornées ou de marque-page qui se casse la figure.
  • Huit semaines d'autonomie (qu'ils disent), c'est une marge de batterie très confortable.
  • Le confort de lecture est certain (c'est une archi-myope qui vous parle), le rétro-éclairage est réglable, la lecture agréable, j'ai lu deux heures d'affilée sans me sentir plus fatiguée qu'avec un livre.
  • La taille des caractères est réglable. Moi, ça m'est égal, mais je sais que certains préfèrent les gros caractères.
  • On n'a pas besoin de tenir la liseuse pour qu'elle reste ouverte à la bonne page. Très pratique, par rapport à un poche notamment, pour les multitâches comme moi qui adorent siroter leur thé en lisant (voir les points négatifs).
  • Grand espace de stockage, on peut s'abonner à des journeaux et des blogs aussi (je n'ai pas testé cet aspect, mais je pense que ça peut être un des atouts de l'appareil).
  • Elle est légère (ceux qui ont lu le Seigneur des Anneaux en un seul tome savent que lire peut s'apparenter à un exercice de musculation).
  • Fini les poches mal reliés dont les pages se sauvent à mi-lecture.
  • Pratique pour lire en VO quand la bibliothèque du coin n'a pas grand-chose à proposer, surtout que la Kindle inclut un dictionnaire.
  • Le tactile marche bien, les zones de réception sont larges, pas besoin d'appuyer comme un boeuf ou avec la micro-pointe d'un stylet (si vous aviez vu mon téléphone, vous comprendriez). 
J'aime pas
  • Ca ne résout pas le problème dit du sac de piscine, ni celui de son cousin le sac de plage. Pour ça, rien ne vaut un bon poche fatigué. Idem quand on mange ou boit en lisant, attention.
  • La prise en main atroce.
  • C'est pénible de circuler dans le livre : pour lire la notice, j'ai clairement pété un câble. C'est bien quand on lit les livres de A à Z.
  • Trop marketing : la boutique, la boutique, la boutique, on pousse à la consommation, on vous dit qu'il y a la place pour 40 000 bouquins... Même ma PAL n'est pas aussi grande, on lit un seul livre à la fois (voire deux) (ok, trois), on se calme les enfants !
  • Les statistiques : on ne voit pas le nombre de pages défiler, seulement un pourcentage (qui me rappelle furieusement mon logiciel de traduction et quand je lis, je n'ai PAS besoin qu'on me rappelle le boulot) et une estimation du temps restant dans le livre. Estimation qui m'a l'air tirée d'on ne sait où, donc ça n'avance pas beaucoup. J'aimerais mieux savoir qu'il me reste 247 pages à lire, plutôt que 65 %.
  • A certains moments, quand le livre contenait des tableaux, les bords étaient tronqués...
  • Je trouve ça "fragile". Quand je lis, prendre soin du livre n'est pas une priorité, c'est quelque chose qui empêche de se détacher de son environnement. La mettre dans le sac à main ??? Ca me ferait peur. Lire dans le bain ?? Euhhhh.
  • Je ne me vois pas lire ma liseuse dans le métro ou le bus, je trouve qu'un pavé de Dostoïevski, ça pousse étrangement moins au crime (que celui qui a dit "et au châtiment" sorte).
  • Le détail qui tue : quand on chasse la petite poussière sur l'écran... ça tourne la page. C'est con, mais ça m'énerve !
  • Evidemment, on ne retrouve pas la sensation du livre. Vous savez, celle que personne n'arrive à décrire, mais dont tous les lecteurs voient très bien ce que c'est.

En gros, c'est très sympa, c'est vrai. C'est un bon moyen d'alterner, de temps en temps, mais ça ne remplacera pas un bouquin. Je ne suis plus archi-réfractaire, je finirai sûrement par me laisser convaincre, mais je ne vais pas courir dans un magasin en acheter une, ni abandonner ma bibliothèque chérie sur place.

Sur ce, je vous laisse méditer cette belle réponse de Normand.

15 commentaires:

  1. Ahahah moi aussi j'étais farouchement contre les liseuses, notamment pour le "Evidément, on ne retrouve pas la sensation du livre. Vous savez, celle que personne n'arrive à décrire, mais dont tous les lecteurs voient très bien ce que c'est.", et puis j'ai eu un IPad ... Et je rejoins ton avis autant sur les avantages que les inconvénients (même si je ne prends pas les transports en commun et que la prise en main sur l'IPad est vraiment facile), c'est pratique sur certains points., Je m'en sers de temps en temps mais je préfère tout de même un bon vieux livre papier.
    Et le coup de la poussière que tu veux enlever et qui tourne la page... grrrrrr !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahahah c'est beau d'être comprise :)
      on m'a dit que lire sur les tablettes, ça fait mal aux yeux à cause du rétroéclairage... Perso j'ai pas testé

      Supprimer
    2. Lol je suis pas très pour non plus mais disons que si on voyage.loin et longtemps c'est utile de charger x bouquins la dessus au lieu de trimballer tous les bouquins dans la valise :)

      Supprimer
    3. Lol je suis pas très pour non plus mais disons que si on voyage.loin et longtemps c'est utile de charger x bouquins la dessus au lieu de trimballer tous les bouquins dans la valise :)

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais testé, et franchement ça ne me tente pas. J'en ai offert une à ma meilleure amie pour sa thèse cet été, parce que je savais que ça l'intéressait. C'était pas pour moi et j'avais l'impression de commettre un sacrilège malgré tout ! Le seul intérêt que j'y vois, c'est de ne pas avoir un sac de 10 tonnes chaque fois que je pars en vacances, et encore, je sais que je ne lirai pas beaucoup parce que le contact du livre me manquerait trop !

    RépondreSupprimer
  3. Bon, avant de sortir (oui j'ai pensé au châtiment), j'ai une belle réponse de normande, laquelle est : j'aime pas, bouh c'est nul mais... C'est constructif, n'est ce pas ? Plus sérieusement, je ne pourrais pas me passer de mes bouquins, j'accepte même de sacrifier mon dos pour cette grande cause, de toute façon je suis déjà déglinguée, le mal est fait, c'est ça de se trimballer le Gaffiot de 15 kgs pour aller à la fac. Puis bon l'odeur des bouquins quoi. Puis, les vieux bouquins qui sont récupérés chez papi et mamie, ça vaut de l'or (vrai en plus, j'ai checké le prix de certains vieux bouquins que je possédais, si je les revendais, je pourrais me faire un voyage de 2 semaines en Asie tranquillou). Cependant, je me dis qu'un jour peut-être, l'envie de tester sera trop forte, c'est moche quand même :( Mon commentaire est nul, j'espère que tu auras compris l'essentiel, et maintenant je sors vraiment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher membre de la confrérie des blagues pourries sur Dostoievski
      t'as bien du courage, le Gaffiot, j'ai lâché l'affaire en Terminale :)
      Pour ton comm incompréhensible, j'ai compris, parce que je suis exactement comme toi :)

      Supprimer
  4. Roh, j’ose vraiment pas, avoir des livres dans ma bibliothèque, même s'ils ne sont pas alignés, même s'ils ne sont pas tous de la même collection, genre pour faire bien ordonné, j'aime !
    Mais la liseuse, j'ai trop peur !
    Je n'aime déjà pas trop lire sur l'ordi ! Je suis myope !
    Et puis j'aurais peur qu'on me la casse (oui j'ai des gosses et un chat !), que j'y renverse (ou qqun d'autre !) du liquide dessus ... Bref, le tactile et moi aussi !
    en tout cas j'ai bien aimé ton article et surtout le j'aime / j'aime pas !
    je pense que la liseuse ne passera pas par moi (mais qui sait ?)

    RépondreSupprimer
  5. je comprends très bien tous ces commentaires négatifs :)
    bon j'ai aussi écrit l'article pour ceux qui hésiteraient à en acheter une :)

    RépondreSupprimer
  6. Hahah et bien, ton expérience n'était pas si mauvaise et c'est déjà pas mal que tu ne sois plus archi-réfractaire ^^

    RépondreSupprimer
  7. oui voilà, ce que ça propose, ça le propose très bien, et ça a aussi des avantages :)

    RépondreSupprimer
  8. moi on m'en a offert une et j'étais à la base plutôt contre, mais j'ai définitivement changé de camp.J'ai pas le même modèle que toi, c'est peut-être pour ça que pour la notice je suis pas du tout d'accord, j'ai le kindle tout simple et pas tactile, je l'ai reçu, je l'ai branché et j'ai tout compris en deux temps trois mouvements, il est peut etre beaucoup plus simple à utiliser. Quand aux transports en communs c'est mon meilleur allié, il est super léger dans le sac à main et personne ira me voler un kindle à 70 euros alors que tout le monde joue avec des smartphones à 5OO euros !
    http://aimerlire.tumblr.com/

    RépondreSupprimer
  9. Voui ben c'est clair que cela ne m'encourage pas à un acheter une ou m'en faire offrir une ( Noël arrive.. MDR). Je préfere qussi le livre et son poids, l'odeur qui se dégage des pages.. Mais comme Cigi le dit, pour partir en vacances, cela fait moins lourd dans la valise que 10 bouquins..:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cigi a otujours raison, mais faut pas lui dire, elle va etre insupportable apres :)

      Supprimer
  10. j'ai une liseuse sony première génération. Pas de rétro-éclairage, il faut une loupiote en plus. Content de ne plus avoir à tenir mes bouquins à deux mains. Aucun risque de me la faire chouraver. Tient dans la poche intérieure de ma veste/mon manteau du moment. Seul problème en effet : la lecture dans le bain, trop risquée (je pique souvent du nez quand je lis dans mon bain). Par contre, pas trop peur du café ou de la bouffe en général, la bête n'est pas si fragile que ça. Avec le temps, elle devient un peu trop sensible à la pression sur les bords du cadre et tourne parfois la page sans que je le lui demande.
    Il y a bien une sensation un peu vertigineuse que ça sera jamais aussi pérenne que les livres qui nous viennent des rayonnages de nos aïeux. Pour s'en rendre compte, il n'y a qu'à voir la volatilité des milliers de photos numériques qu'on fait, à comparer avec les photos argentiques qui ne se conservent pas si mal.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...