mercredi 23 octobre 2013

L'aveuglement - José Saramago

Le livre d'aujourd'hui est un livre à part, notamment pour sa forme. Je l'ai pioché un peu au hasard à la librairie à l'époque où le film est sorti, donc quand il était affiché un peu partout (d'ailleurs, j'ai dû aussi voir le film, mais il m'a beaucoup moins marquée. Mais c'est une autre histoire). En l'ouvrant, le choc. Est-ce que quelqu'un pourrait montrer à l'auteur la touche guillemet et la touche tiret de son clavier ?? Yep, vous l'avez compris. Pas de dialogues, des phrases proustiennes, des incises dans les incises, pas de points d'interrogation, pas de rien du tout... moi qui en use et en abuse, et des doubles et des triples ponctuations par-dessus le marché, ça m'a fait drôle. Enfin, pas drôle, l'inverse. 


Et comme si cela ne suffisait pas, les personnages n'ont pas de nom... Ce serait trop facile. La femme du docteur, et le premier aveugle, et la jeune fille aux verres teintés, et la belle-mère de celui qui a éternué à la page 10, et Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom (ah non pardon, je me trompe de livre). Bref, c'est compliqué.


Après avoir laborieusement dépassé la page 12, et 4 plaquettes de Doliprane plus tard, je dis à ma copine qui n'était que louanges pour ce livre que, une fois n'est pas coutume, je vais lâcher l'affaire et faire des confettis de cet alignement de "tampons", comme dirait Danny Boon. Et là, elle s'insurge : mais non !! Sois patiente. Laisse-toi porter, force-toi encore un peu et tu vas voir, tu vas finir par comprendre*. Vous savez quoi ? C'est un des meilleurs conseils livresques qu'on m'ait donnés !


*J'ai mis des italiques parce que sans, ma phrase est un peu saramagoïennement incompréhensible, le bougre déteint, faites attention.

L'histoire
Un homme devient subitement aveugle. Il est la première victime d'une horrible pandémie. Les premiers aveugles sont internés puis livrés à eux-mêmes, en quarantaine, car personne ne veut les approcher, personne ne comprenant le mode de contagion. Seule une femme n'est pas touchée, mais elle prétend l'être pour se faire interner avec son mari. Elle cache sa vision pour ne pas devenir l'esclave des aveugles. Dans l'espace de confinement, des clans se forment. Certains volent la nourriture et la revendent au prix fort aux autres, et pire encore. Plus tard, quand la contagion s'est étendue à toute la ville, ils peuvent sortir et nous constatons les dégâts, plus rien ne tourne, car tout le monde est devenu aveugle.


Mon avis
Ca a été très dur de rentrer dans le livre, mais ça en valait vraiment la peine. Il est évident que tout n'est pas à prendre au pied de la lettre, au contraire, c'est une allégorie qui donne matière à une profonde réflexion : l'Homme peut basculer à tout moment, perdre son caractère civilisé et sa dignité, et redevenir un "animal" au sens le plus vil. On le voit facilement en comparent les aveugles à la femme encore voyante : c'est elle qui reste digne, qui fait garder le cap au groupe et enraye sa descente aux enfers. L'auteur est portugais, mais l'histoire ne comporte pas de lieu ni d'époque, ce qui diminue encore l'absence de repères et donne encore plus de liberté à notre imagination.

Après la lecture, on comprend mieux le style étrange : tout est fait pour nous faire perdre nos repères et nous déstabiliser. L'auteur ne nous mâche pas le travail, les fruits qu'on récolte de la lecture ont donc d'autant plus de valeurs. J'aime l'idée que le livre se fait "à deux" entre l'auteur et le lecteur. C'est un vrai exercice de style et de philosophie que je vous recommande pour un jour où vous serez reposé et patient !

Vous comprenez mieux pourquoi le film ne m'a pas autant marquée : on perd tout le style et toute l'idée de réflexion, le film nous donne tout, ce qui n'était pas le but de l'auteur.

Une étape de mon tour du monde

2 commentaires:

  1. Maintenant j'en suis sûre, tu as placé tes billes chez Ikéa, bon bah j'ajoute ce livre aux nombreux que je dois me procurer et lire, en plus de ceux qui envahissent déjà mon appart. Tu le vends bien ce bouquin, ça donne envie de s'y plonger malgré le début visiblement difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis contente de t'avoir convaincue :) :)
      pour l'étagère, désolée, moi faut que je construise une maison autour de mes livres, c pas mieux ;)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...