vendredi 24 janvier 2014

Arresting god in Kathmandu (Dieu en prison à Katmandou) - Samrat Upadhyay

Le livre d'aujourd'hui est un peu spécial pour moi : une amie me l'a rapporté d'un voyage au Népal pour m'aider dans mon challenge Autour du monde ! J'aime beaucoup les livres qui ont une histoire et celui-ci est carrément monté avec elle en expédition dans l'Himalaya. Dites que je suis une grande sensible, mais ça me fait quelque chose. Merci encore Emilie :)


Le petit détail qui m'a particulièrement touchée :


Allez, dites-le qu'il me faut peu de choses pour être émue !

Pour revenir à ce livre, c'est un recueil de nouvelles traduit en français sous le titre Dieu en prison à Katmandu, écrit par un auteur népalais qui est le premier à écrire en anglais et à être publié en Occident. Au menu donc, 9 nouvelles (dont je ne connais pas les titres en français, je mettrai donc les titres anglais dans ma chronique).

L'histoire
The good shopkeeper : Pramod, comptable, se retrouve au chômage et cherche du travail. Sa femme lui propose d'acheter un magasin pour s'établir, mais il refuse et veut à tout prix retrouver un poste. Les mois passent, il perd l'estime de son entourage puis rencontre une jeune femme qui devient sa maitresse. Au fil des conversations, son point de vue évolue, puis il décide de suivre l'idée de sa femme.

The cooking poet : Un vieux poète, ancienne égérie de la révolution couvert de gloire, se voit adresser un jeune débutant qu'il doit conseiller. Il s'aperçoit très vite que ce garçon modeste a un talent incroyable. Il est obsédé par sa simplicité et la richesse de ses vers, puis apprend que le jeune homme fait passer son engagement politique avant son art, ce qui le fait baisser dans son estime. Puis le jeune est tué, l'ancien essaie à nouveau d'écrire mais, à l'aune des vers de son disciple, les siens lui semblent désormais vides...

Deepak Misra's secretary : Deepak apprend que sa femme américaine, qui l'avait quitté sans explication des années plus tôt, est de retour à Katmandou. Il cherche à la revoir, sous la désapprobation de sa mystérieuse et très efficace secrétaire, puis commence à avoir une liaison avec cette dernière. Il s'explique avec sa femme, veut toujours la récupérer, puis tombe en dépression. Etrangement, sa secrétaire devient son seul lien avec la réalité.

The limping bride : Hiralal désespère de marier son fils, un ivrogne. Il finit par lui trouver une épouse qui est boîteuse, mais parvient à lui cacher ce détail jusqu'au mariage. Le fils rejette alors son épouse et en veut à son père. Celui-ci s'éprend de plus en plus de sa bru qui lui rappelle sa défunte épouse. Quand son fils s'en rend compte, il décide subitement de renouer avec sa femme.

During the festival :  Ganesh est persuadé que sa jeune épouse le trompe avec un voisin. Cet événement le force à réfléchir sur la relation qu'il entretenait avec sa mère et celle qu'il entretient avec son épouse.

The room next door : Shakuntala vit dans un petit village et c'est une femme bien sous tout rapport, qui veille à être irréprochable en tout point. Un jour, sa fille Shanti, partie étudier à Katmandou, revient enceinte. C'est la catastrophe, la honte sur la famille... Shakuntala veut faire payer sa fille, abandonner l'enfant... mais Shanti ne se laisse pas faire et garde le bébé, accepte même d'épouser l'idiot du village pour sauver les apparences. Mohanda, le père de Shanti, ainsi que son frère, se laissent charmer par le bébé, ne prêtent pas oreille aux commérages... au final, seule Shakuntala est vraiment blessée par cette situation !

The man with long hair : Aditya n'est pas heureux en mariage, il ne s'est marié que pour complaire à sa mère mourante. Un jour, il accompagne sa femme au théâtre et est irrésitiblement attiré par Nirmal, l'interprète masculin, et particulièrement par sa longue chevelure, à tel point qu'il retourne seul au théâtre le lendemain et parvient même à le rencontrer. Quand des spectacteurs se moquent de Nirmal, c'est lui qui se dresse pour le défendre. Puis la troupe de Nirmal quitte la ville et Aditya se retrouve seul face à son trouble...

This world : Kanti est allée étudier aux Etats-Unis. Elle y rencontre Jaya, un Népalais très américanisé dans son comportement. Ils se retrouvent à Katmandou où ils ont une liaison qui scandalise leur entourage. Elle découvre ensuite que Jaya la trompe. Sa mère essaie alors de la marier à un autre Népalais. Mais Kanti découvre que celui-ci veut se marier avec n'importe qui, puisque celle qu'il aime n'a pas voulu l'épouser... Kanti est déchirée entre ses racines népalaises et les opportunités qui s'offrent à elle aux Etats-Unis. Elle n'est vraiment à l'aise dans aucun des deux pays, qui sont trop différents.

A great man's house : Un vieux domestique raconte comment l'arrivée d'une femme dans la maison a complètement changé la vie de son maître. Lui qui était un ancien yogi et directeur spirituel très respecté tombe amoureux de la jeune Nani Memsaheb qui se met peu à peu à tout diriger dans la maison et conteste ses enseignements. Il finit par avoir un infarctus qui le laisse grabataire et celle-ci le néglige et le trompe ouvertement. Le vieux domestique désapprouve cette femme, qui le lui rend bien, mais n'ose pas partir pour ne pas laisser son maître sans protection face à sa femme inconséquente.


Mon avis
C'est un recueil très déroutant : pour qui n'y est pas familier, la culture et la mentalité népalaises sont très différentes et les réactions des personnages, leur attitude, m'ont souvent étonnée et interpelée. Les histoires sont très courtes, mais très denses. Ce sont comme des instants volés dans les vies des personnages et l'auteur a tendance à laisser la fin un peu en suspens, ce qui fait que je devais refermer le livre entre chaque nouvelle pour méditer et finir l'histoire dans ma tête. C'est une expérience peu habituelle dans mes lectures et que j'ai trouvée très intéressante !

Par petites touches, les nouvelles permettent de dépeindre la société népalaise pleine de contraste, hésitant entre modernité et tradition, avec son lot de mariages arrangés et de religion, la difficulté de l'amour dans ce contexte, de quelque type qu'il soit, le choc entre la jeune génération et leurs parents, mais aussi la difficulté de l'expression de l'individualité au sein de la sphère familiale et des attentes très strictes.

Mes préférées sont : A room next door et The man with long hair, qui m'ont le plus touchée. Pour la dernière, A great man's house, j'ai été un peu confuse. Le personnage féminin est absolument détestable, mais j'avais quand même l'impression que son principal tort aux yeux du narrateur était d'être une femme qui se veut l'égale des hommes qui l'entourent, plus que son comportement en lui-même. Du coup, je n'arrivais pas à la détester entièrement.

Une étape du tour du monde
Les 170 idées. Idée 79 : une place ou un endroit

4 commentaires:

  1. Je suis peu être trop sensible également mais la belle histoire de ce livre me touche également... Concernant le livre, c'est amusant car en lisant le résumé de chaque nouvelle, je trouvais que les histoires semblaient très occidentales, mais visiblement comme tu l'expliques, le livre dépeint bien la société népalaise. Je le note pour plus tard...

    RépondreSupprimer
  2. Je le note aussi ! Je ne connais pas du tout, et pour avoir fait un voyage au Népal, je peux comprendre l'émotion que tu attaches à ce roman qui vient de si haut :)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce résumé! Je crois que j'avais versé quelques larmes en lisant The cooking poet.

    RépondreSupprimer
  4. Chouette cadeau qui t'a été fait et je comprends que tu aies été émue.
    Les nouvelles ont l'air intéressantes et permettent de découvrir une culture différente ce qui est un plus.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...