vendredi 21 mars 2014

La métamorphose des cloportes - Alphonse Boudard

Voici un livre de "gangsters", que j'ai lu par curiosité : quand je suis tombée dessus un peu par hasard, je me suis souvenue avoir vu le film il y a quelques années déjà et j'ai voulu savoir ce que ça donnerait en livre !


Renseignements pris : ce livre est un roman, mais probablement partiellement une autobiographie romancée, l'auteur ayant lui-même passé du temps en prison pour des délits semblables à ceux commis par le héros du livre.

L'histoire
Observer la loi du silence pour épargner à ses complices les rigueurs de la justice et mijoter dans le placard sans que personne se soucie d'envoyer des mandats ou des colis, il y a de quoi mettre en rage le plus doux des malfrats. Rien d'étonnant si Alphonse, libéré pour raison de santé, veut demander des comptes à ses associés de naguère : Rouquemoute le poussah, Edmond Clancul et Youpe le fourgue. Reste à savoir sous quelle pierre ces cloportes se sont cachés. Aux anciennes adresses, plus personne. En cours de route, Alphonse cueille une jolie fleur nommée Anne-Marie. Il l'a rencontrée dans une galerie d'art et la retrouve dans celle du fourgue transmué en mécène de la peinture. Ainsi le plomb vil en or s'est-il changé... Ce n'est rien comme métamorphose à côté de celle d'Edmond. Alphonse va au-devant d'une surprise autrement phénoménale. (Babelio)

Mon avis
Un ovni...  mon sentiment était un peu mitigé à ce sujet.

Le plus de ce livre, c'est le langage. Le personnage a un bagout d'enfer et l'argot fuse à foison. C'est une chose à laquelle je ne suis pas habituée, c'était très sympa, souvent drôle. De plus, au cours de ses tirades, le personnage donne une critique sans fioriture de la bourgeoisie "artistique", ce qui est intéressant. Amusant aussi, le contraste entre l'argot et certaines expressions très châtiées qu'utilise le personnage. On retrouve des expressions peu habituées à se côtoyer dans le même paragraphe et le mélange est intéressant !

En revanche, j'ai eu plus de mal avec l'histoire : je l'ai trouvée confuse, l'auteur part dans tous les sens, n'arrête pas de faire des digressions... Au final, l'idée de base, celle de la vengeance, s'essouffle, je dirais même qu'elle se finit un peu en queue de poisson, et c'est dommage. C'est un peu trop long (pourtant, pas tant que ça, 190 pages)... Au final, on ne sait plus trop pourquoi l'auteur a fait ce livre. Pour raconter une histoire ? Pour faire son autobiographie romancée ? Pour faire une critique de la société ? C'était très ambitieux, trop, sûrement.

Idée 1 : une chaussure
Challenge XXe siècle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...