lundi 30 juin 2014

Journal d'un proctologue et autres nouvelles - Hervé Heurtebise

Tout petit livre choisi, vous vous en doutez, pour le titre on ne peut moins banal !


L'histoire
On devient proctologue par hasard, je ne connais pas un enfant qui voudrait le devenir une fois devenu adulte. J’imagine d’ici la scène du bambin annonçant à ses parents :« Moi, quand je serai grand, je veux être proctologue !— Tu veux être quoi ?!?— J’veux être proctologue, j’veux que les gens s’agenouillent devant moi et moi, je leur mettrai des doigts dans le trou des fesses ! »À coup sûr, l’enfant qui dirait cela finirait sans tarder chez le pédopsychiatre. Je n’étais pas cet enfant-là, moi je voulais être chirurgien, je voulais opérer des cœurs.Ainsi commence le journal de ce médecin que d’aucuns décrivent comme « blasé, cynique et drôle ». S’il semble tout mettre sur un même plan, on comprendra qu’il y a deux choses qui comptent plus que tout dans sa vie : sa fille Léa et ses patients.Le sport ne sert à rien. Comment peut-on porter un jugement aussi abrupt que péremptoire ? Le sport, les médecins vous le diront, c’est bon pour la santé. Oui mais…Céline est éreutophobe. Non, elle n’est pas, clame-t-elle, érotomane ni encore moins nymphomane ! L’éreutophobie, c’est la peur de rougir, en public, pour un rien. Et, dans son cas, ce n’est pas juste une peur, elle rougit à la moindre occasion.
Mon avis

Très déroutant. Ce recueil de trois nouvelles est très court (40 pages) et très surprenant. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, sinon à rire... disons que j'ai eu des sentiments un peu mitigés. La première nouvelle démarre sur les chapeaux de roue, avec un humour sarcastique, très caustique et noir qui m'a vraiment beaucoup fait rire ! Malheureusement, j'ai trouvé l'ensemble inégal. Certains passages sont donc désopilants, mais j'ai trouvé que d'autres cassaient le rythme, on se demande un peu si ils se sont perdus en chemin, ils sont trop sérieux, ce qui est vraiment dommage.

Cependant, un gros point pour l'humour misanthrope façon docteur House, parfait pour se détendre sans se prendre la tête !

Morceaux choisis...

[Je n'aime pas le sport.] J'arrive bon dernier sous les hurlements de l'entraîneur. J'ai neuf ans et je préfère le caté, le curé dit que les derniers seront les premiers.

Ce grand con est médecin du sport, c'est dire s'il est à peine médecin. [...] On a rarement vu un médecin du sport sauver des vies ; c'est aussi rare qu'un chihuahua chien d'avalanches !

Merci aux Editions Hélène Jacob !
Plus d'infos ici
Recueil de nouvelles
Idée 91 : Quelque chose avec des ailes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...