vendredi 6 juin 2014

The sign of the four (Le signe des quatre) - Sir Arthur Conan Doyle

Chose promise, chose due. L'autre fois, quand j'avais fait un billet mi-figue mi-raisin mimolette sur Sherlock Holmes, on m'a promis de m'éviter la lapidation si j'en lisais un autre. Du coup, j'ai choisi le Signe des quatre, parce que j'avais entendu plein de fois ce titre et que ça m'avait l'air connu. Il s'agit en fait du deuxième livre mettant en scène Sherlock, plus ou moins la suite d'Une étude en rouge (même si on n'a pas besoin d'avoir l'autre pour comprendre.


Pour le mois anglais : Conan Doyle est écossais, mais l'histoire se passe à Londres...

L'histoire
Ennuyé par le manque d'enquêtes, Sherlock Holmes s'adonne à la consommation de drogues pour s'occuper, sous le regard de son colocataire, le docteur John Watson.
En 1888, une jeune cliente, Mary Morstan, débarque chez Holmes. Elle lui explique qu'elle est gouvernante, et que c'est sa patronne qui lui a conseillé de venir ici. Watson tombe sous le charme de la jeune femme qui expose son problème ; son père était navigateur dans les Indes et est décédé environ dix ans auparavant. Or, elle reçoit, depuis six ans des perles de grande valeur. Et ce même jour lui est parvenu une enveloppe où un anonyme lui demande de venir à un rendez-vous. Holmes accepte de l'aider et, épaulé de Watson, accompagne Mary. Ils découvrent sur place que l'anonyme est le fils d'un ancien ami et collègue du capitaine Morstan. Celui-ci révèle que leurs pères avaient découvert un trésor de cinq cent mille livres, mais que ni le trésor ni les bijoux n'ont été partagés avec la fille de Morstan. L'homme explique enfin que son frère a découvert le coffre hier, caché dans leur maison. Mais arrivés sur les lieux, ils constatent la mort du frère et la disparition du coffre. Holmes et Watson commencent alors un dangereux périple qui les mènera jusqu'à une course poursuite folle sur la Tamise...(Wikipedia)

Mon avis

C'est vrai, je l'ai trouvé un peu mieux que le premier. L'auteur continue de nous éparpiller aux quatre coins de la planète, mais j'ai trouvé que la structure du livre était beaucoup mieux goupillée, on n'avait pas l'impression de lire deux livres complètement différents.

J'ai beaucoup aimé le passage ou l'inspecteur de police essaie de rabattre son caquet à Holmes et où ses conclusions sont en total opposition avec celles tirées par Holmes trois pages avant. Et dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé le "duo" (duel ?) entre les deux.

C'est une enquête sympa, qui se lit vite. Pour autant, je ne pense pas que ça me marque à vie non plus, le suspense ne m'a pas empêché de dormir.

Le mois anglais
Challenge XIXe
Challenge Thrillers et polars
Idée 10 = une main

4 commentaires:

  1. Bien dit je ne pense pas moi aussi que Sherlock me fera passer des nuits blanches à me tourner dans mon lit morte de trouille!! :)

    RépondreSupprimer
  2. Ca fait bien longtemps que je n'ai pas lu de Sherlock... Il faudrait vraiment remédier à cela !! :-) Tu me donnes envie de m'y remettre !

    RépondreSupprimer
  3. Les nouvelles qui suivent cet opus m'ont plu davantage. Doyle est très doué pour les nouvelles. Je te les conseille!

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas lu beaucoup de Sherlock (juste Le chien de Baskerville qui est pas mal du tout, et un autre, je ne sais plus le titre). Le résumé de celui-ci me tente, je le note.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...