lundi 15 septembre 2014

Hawthorn and Child - Keith Ridgway

Oyez oyez, c'est l'heure de l'Irlandais du mois : Keith Ridgway. Encore un auteur parfaitement inconnu au bataillon pour moi avant ce mois-ci ! Sauf erreur de ma part, je crois que ce livre n'a pas encore été traduit en français (et franchement, on se demande POURQUOI !)


L'histoire
Hawthorn et Child sont deux flics londoniens. Ils sont la trame du livre, les différents chapitres présentant des situations dans lesquelles ils interviennent. Parfois, ils sont juste brièvement mentionnés par ce qu'ils sont en train de prendre un café là-bas derrière, parfois, ils ont vraiment la parole... Au fil des chapitres, ils sont confrontés à toutes sortes de cas, d'un éditeur qui cherche à mettre la main sur le manuscrit d'un défunt à un type qui est blessé par un coup de feu... C'est un peu un kaléidoscope, une superposition d'histoires, dont une bonne partie sont des rêves. En fait, on pourrait pratiquement le prendre comme un recueil de nouvelles. (Le résumé est de moi, ou comment résumer un machin irrésumable.)
Mon avis

Ce roman suit une recette très simple : Prenez une bonne dose de LSD/champignons hallucinogènes /sushis mal conditionnés, écrivez des chapitres qui n'ont RIEN à voir les uns avec les autres et dans lesquels ils se passent des trucs psychédéliques et sans intérêt, mettez le tout dans une grosse boîte, secouez bien fort, tirez au sort et voilà, vous avez votre livre...

Au tiers du bouquin, je me suis dit que c'était un concept comme un autre, les liens allaient bientôt se faire. A la moitié, ma foi a commencé à vaciller et aux deux tiers, là j'ai perdu espoir. Mais pour le coup, la couverture illustre bien le "sansqueuenitêtage" du livre.

Le sous-titre est A set of misunderstandings : un ensemble de malentendus. Je crois que c'est tout à fait ça. Un truc à la Matisse : Ceci n'est pas un roman. ou Ceci n'est pas un roman policier. Enfin et surtout, Ceci est un gros foutage de gueule, j'ai franchement l'impression d'avoir perdu mon temps !

Le seul truc bien du livre, c'est qu'il fait environ 280 pages, mais qu'arrivée à la page 240 environ, le livre s'arrête et on a un petit supplément, une annexe, je ne sais pas trop quoi, visiblement de la même eau (parce qu'on n'en avait pas encore eu assez, je suppose). Autant dire que je me suis empressée de lâcher l'affaire !

A la fin du livre, MÊME les personnages ne savent plus de quoi on parle, c'est vous dire que moi, j'avais renoncé depuis longtemps. C'est très frustrant, sans intérêt, pénible à lire, enfin bref, je m'arrête là.

Idée 24 : morceau de fruit
Thrillers et polars
Une étape de mon tour du monde
Septembre : Keith Ridgway

3 commentaires:

  1. Ton billet m'a beaucoup amusé, et finalement, ça me donne envie ce roman ! :-)
    Le petit bonus, c'est "The Spectacular"? Si oui, t'aurais dû le lire !
    Bravo pour ton acharnement ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) oui, je crois que le bonus, c'est ce que tu as lu. Mais pour le coup, je n'étais pas assez maso :D

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...