lundi 8 septembre 2014

Jimmy's Hall - Ken Loach

Aujourd'hui, pour changer un peu, je vais vous parler d'un film ! Et vu que je rame furieusement dans ma lecture irlandaise du mois, ça sera un film qui parle de l'Irlande, comme ça, ça compense !


L'histoire
1932 - Après un exil de 10 ans aux États-Unis, Jimmy Gralton rentre au pays pour aider sa mère à s'occuper de la ferme familiale.
L'Irlande qu'il retrouve, une dizaine d'années après la guerre civile, s'est dotée d'un nouveau gouvernement. Tous les espoirs sont permis…
Suite aux sollicitations des jeunes du Comté de Leitrim, Jimmy, malgré sa réticence à provoquer ses vieux ennemis comme l'Eglise ou les propriétaires terriens, décide de rouvrir le "Hall", un foyer ouvert à tous où l'on se retrouve pour danser, étudier, ou discuter. À nouveau, le succès est immédiat. Mais l'influence grandissante de Jimmy et ses idées progressistes ne sont toujours pas du goût de tout le monde au village. Les tensions refont surface.

Mon avis

De ce film, j'avais entendu vraiment tout et n'importe quoi... comme à chaque fois que Ken Loach sort un film. Ôtez-moi d'un doute, ou est-ce de bon ton, quand on se prétend intellectuel, de détester ses films ? J'avais découvert Ken Loach avec Just a Kiss, qui a été (et reste) je crois la plus grosse claque émotionnelle de ma vie de cinéphile... je pars donc généralement avec un a priori très positif quand il s'agit de lui ! 


Ici, le sujet était différent. Plus léger que le Vent se lève (pas dur), ça n'en est pas pour autant une promenade paisible dans les tourbières... J'ai beaucoup aimé l'approche du film : la musique et la danse pour traiter du sujet de fond qu'est la période post indépendance, la façon dont l'Etat irlandais et l'Eglise essayent de "tenir" la population... Le personnage du curé est particulièrement gratiné... cet homme qui vit aisément et fait tout pour retirer la moindre initiative des "pauvres" gens au chômage pour s'amuser un peu et s'élever... particulièrement révoltant, et c'était impressionnant de voir la place de l'Eglise à l'époque dans le pays, le poids qu'elle avait dans toutes les décisions... La scène où le curé lit la liste de toutes les personnes qui ont été vues au dancing est particulièrement marquante.

J'ai donc beaucoup aimé ce film, que j'ai regardé en VO, je trouve que c'est mieux pour l'ambiance (même si pour être honnête, le premier quart d'heure a été folklorique, rapport à l'accent !). J'ai vraiment beaucoup aimé l'histoire, pour le côté historique comme pour ses personnages, tout en pudeur et en non-dits... Les flash-backs, qui nous éclairent, sont bien utilisés. Très bonne idée aussi, le fait de choisir des acteurs pas du tout connus, je pense que ça aide à s'identifier, ça rend le tout plus réaliste.

Ce film est émouvant et révoltant, il nous éclaire très bien sur cette période dont on parle moins, je trouve, que d'autres, à croire qu'une fois l'Irlande indépendante, tout était bien, tout était beau... Et il m'a beaucoup fait réagir (pratiquement impossible de rester tranquille dans mon siège face à la connerie pontifiante du curé, quand je vous dis que ce personnage m'a marquée !), et c'est quelque chose qui se fait assez rare, je trouve, les films qui ne laissent pas indifférents. J'ai juste regretté qu'il n'y ait pas un peu plus de danses !

2 commentaires:

  1. C'est un film que je veux voir depuis un petit bout de temps (depuis sa sortie!) mais je n'ai malheureusement pas eu le temps. Ton article ne fait qu'insister sur le fait que je dois le voir :)

    RépondreSupprimer
  2. Le vent se lève est pour moi un énorme film, qui m'a scotchée direct. Tout est magnifique et dur dans ce film. J'aime le peu d’œuvres de Loach que j'ai visionnées : tout est subtil chez lui, il ne laisse rien au hasard, sans en faire des caisses (je me comprends).

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...