vendredi 5 septembre 2014

Les frères Kip - Jules Verne

Juillet 2015 approche à grands pas (mais qu'est-ce qu'elle raconte, l'été 2014 est à peine fini que...) ! Or, c'est à cette période que se clôturera le fameux challenge XXè siècle auquel je participe depuis un moment déjà. Challenge qui a l'air en jachère complète sur le blog d'origine, mais comme j'aime finir ce que j'ai commencé, j'ai décidé de donner un bon coup de collier et de le combiner avec le challenge de Stephie, Un classique par mois (qui lui, se porte très bien, merci Stephie pour ton boulot !) pour le terminer. Parce que, ne nous le cachons pas, ce sont les premières décennies du siècle qui me manquent, pas les années 1990 :) Pour rappel, le suivi de mon challenge est ici. Ne me manquent plus que quatre livres, que j'ai à peu près trouvés (vive le domaine public) donc, je tiens le bon bout.


Ce qui nous amène à la lecture du jour, un roman qui date de 1902, le régional de l'étape (je suis de retour à Nantes), par Jules Verne. Je dois dire que Verne m'a traumatisée dans ma jeune adolescence, je l'ai fui pendant des années et je me réconcilie avec lui depuis une paire d'années seulement, mais avec grand plaisir ! Voilà ce qui arrive quand on ne prend pas un auteur "par le bon bout".

L'histoire
Gibson, capitaine du James Cook, son fils Nat et l'armateur Hawkins, son meilleur ami, organisent une expédition commerciale qui part de Nouvelle-Zélande pour rallier la Nouvelle Irlande (Papaousie), puis la Tasmanie, sans savoir que, profitant de la pénurie de marins due à la fièvre de l'or en Nouvelle Zélande, deux marins, Flig Balt et Vin Mod, souhaitent prendre le contrôle du navire. Sur une île du Pacifique, deux naufragés sont rescapés par le James Cook : les frères Kip, hollandais. Lors de leur escale en Nouvelle Irlande, le capitaine Gibson est assassiné, les meurtriers, eux, semblent introuvables (le lecteur les connait pourtant). Les deux frères constatent bientôt qu'une mutinerie se prépare et ils parviennent à la juguler non sans peine. Mais l'étau se resserre sur eux quand le chef des mutins, pour se dédouaner lors de son procès, accuse les deux frères du meurtre du capitaine. En dépit de leur innocence, ils se rendent compte qu'ils ont été piégés et ils sont incarcérés au pénitencier de Port-Arthur (en Tasmanie). Malgré les dures conditions de vie du bagne, ils entreprennent de retrouver les assassins.
Mon avis

Je pense que cette histoire a vraiment deux côtés bien distincts. D'abord, il y a l'histoire elle-même : je l'ai trouvée passionnante, ça se lit comme un bon roman policier, avec un style, certes désuet et "pittoresque", mais vraiment très agréable à lire, avec beaucoup de détails sur la navigation. J'ai aussi pu découvrir l'époque de la colonisation de l'Océanie, de l'Australie à la Papouasie (j'avoue que je suis allée rechercher sur internet en cours de route, car l'auteur parlait de Nouvelle Irlande, ce qui ne m'éclairait pas trop), mais aussi le système carcéral de l'époque (comprenez, le bagne). Le tout très bien imbriqué dans l'histoire, donc c'est passionnant, et c'était vraiment une super lecture, rafraîchissante !

Mention toute particulière à la résolution de l'énigme, qui m'a fait énormément rire. L'auteur nous emballe tout ça dans son package ultra moderne et scientifique dont il a le secret, mais j'ai quand même des doutes, je n'ai jamais vu les Experts s'y prendre comme ça !!! A mon avis tiré par les cheveux, mais touchant de naïveté !!



Et puis... comment dire. C'est un livre écrit en 1902, donc il faut toujours replacer une oeuvre dans son contexte. Mais elle est d'un RACISME incroyable. Et ethnocentriste aussi, sinon, ce n'est pas drôle. Ce qui empirait dans ma tête quand je me disais que c'était le miroir de la mentalité de l'époque. Je m'explique. Qui dit conquête de la Nouvelle-Zélande/Australie/Tasmanie dit aborigènes et là, ils en prennent pour leur grade. "De toute façon, il n'y en a même plus en Tasmanie, en voilà une bonne nouvelle pour le monde civilisé." Je résume, je schématise, mais c'est bien ce qui est dit. Je me suis dit que si les gens lisaient ça, sans avoir d'autre son de cloche à côté, ça explique complètement la situation de l'époque, l'esclavage, les expositions coloniales, etc. 

Pour résumer, ce deuxième aspect est donc aussi très intéressant, mais pas dans le même sens que le premier. Ce livre est comme une photographie de son époque, le fait de lire tout cela aussi clairement m'a permis de mieux comprendre comment le monde fonctionnait à l'époque (comprendre ne voulant pas dire justifier, bien entendu) et de voir le chemin parcouru depuis un siècle, fort heureusement (mais apparemment, trop tard pour les Tasmanians "naturels" (terme de l'auteur)).

Un livre intéressant donc à tout point de vue, que ce soit pour l'intrigue, le côté historico-géographique ou le côté "culturel".

Thrillers et polars
Septembre
Challenge XXe
Idée 118 : quelque chose de rond

1 commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...