jeudi 18 juin 2015

Le pasteur détective - Ruth Rendell

Voici une nouvelle lecture faite dans le cadre du Mois anglais ! J'ai choisi Ruth Rendell pour deux raisons : j'avais proposé de faire une lecture hommage, car elle est décédée il y a peu, et parmi les lectures communes proposées par les organisatrices, il y en avait une consacrée aux Auteures anglaises du XXe siècle.

J'avoue que je trouve le titre un peu bizarre en français, c'est parce que j'ai lu le livre en VO et que le titre n'avait aucun rapport. A noter que ce n'est pas un polar de la première fraîcheur, il date de 1967.


Je me souviens avoir découvert Ruth Rendell au lycée, quand la documentaliste m'avait conseillé L'analphabète. Cette lecture m'avait beaucoup plu et marquée !

L'histoire
Charles et Tess sont jeunes, beaux et ils s'aiment. Mieux, ils veulent se marier et avoir une ribambelle d'enfants. Intention louable, certes, et pourtant le père de Charles n'est pas d'accord. Tess est charmante bien sûr, mais elle a le défaut d'être la fille d'un criminel expédié au gibet des années auparavant pour le meurtre d'une vielle dame. De là à s'imaginer qu'elle cache dans ses gènes une tendance au meurtre, il n'y a qu'un pas. Alors l'idéal, pour laver Tess de cette tâche originelle, serait d'innocenter son père. Seulement voilà. A l'époque, c'est l'inspecteur Wexford qui menait l'enquête. Et il sait fort bien qu'on n'a pas pendu un innocent...
Mon avis

Un thriller efficace et réussi... je n'avais vraiment pas vu la fin venir !! Comme le titre l'indique, ce n'est pas la police qui mène l'enquête ici, mais le père du futur marié. C'est une approche originale, ça change du schéma de l'enquête policière traditionnelle (que j'ai parfois tendance à trouver un peu rébarbatif). Pendant tout le livre, on n'arrête pas de changer d'avis sur l'identité du coupable, c'est réussi.

Le livre a été écrit en 1967 et traite d'un meurtre commis vers 1950. Cela rajoute un des attraits les plus intéressants du livre : on voit comment la société a évolué en peu de temps, au sortir de la guerre, et comment les contraintes sociales de l'époque ont influencé la situation contemporaine de la narration.

Je ne mets pas plus de chats parce que j'ai quand même parfois trouvé l'histoire un peu confuse, l'auteure rajoutant des personnages clés ou des relations entre eux sans trop de transitions, et je devais parfois relire certains passages pour ne pas me perdre en route.

Challenge Thrillers et polars
Idée 77 : Une fleur
Le mois anglais

7 commentaires:

  1. Marie-Christine18 juin 2015 à 10:46

    Coucou Claire,
    Comment fais-tu pour lire tout ça ?? Tu ne dors pas ?
    Marie-Christine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou MC :) figure toi que je me dis qu'en ce moment, je trouve que je ne lis pas beaucoup :D j'avoue que je n'ai pas le temps de m'ennuyer!

      Supprimer
  2. J'aime bien cet auteur. Je ne savais pas qu'elle était morte depuis peu. J'ai lu quelques policiers avec Wexford. J'ai l'analphabète mais je ne l'ai pas encore lu; Je note ce policier, c'est un genre que j'aime bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faudrait que je relise l'analphabète, il m'avait marquée à l'époque

      Supprimer
  3. Ah L'analphabète! mon prof d'anglais me l'avait fait lire (en VO bien sûr) et j'avais adoré! J'avais ensuite lu un autre roman, et là c'est le drame : grosse déception! plus jamais rien ly d'elle du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avoue que pour le mois anglais dernier, j'avais programmé un roman d'elle, Fausse piste, mais je n'avais pas pu le finir, je le trouvais trop chiant. Comme quoi, ça dépend du titre!

      Supprimer
  4. Coucou!
    Je trouve ton blog très joli!
    Je l'ai ajouté à ma barre de lien de mon blog!Gros bisous!
    ( http://alapecheauxlivres.blogg.org/presentation-a118037112 )

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...