mercredi 18 novembre 2015

Vingt mille lieues sous les mers - Jules Verne


Bon, on peut le dire, j'ai franchement perdu mon rythme de lecture ces derniers temps. J'essaie de retrouver l'énergie en réduisant considérablement le nombre de challenges, mais ce n'est pas encore ça. Le livre que j'ai choisi aujourd'hui figure dans ma PAL depuis très longtemps et je l'avais choisi parce que j'ai eu la chance de le lire dans une édition un peu particulière et très joliment illustrée par Didier Graffet.



L'histoire
L'apparition d'une bête monstrueuse en 1866 défraie la chronique. L'animal, rapide, fusiforme et phosphorescent, est responsable de plusieurs naufrages, brisant le bois des navires avec une force colossale. Pierre Aronnax, professeur au Muséum d'histoire naturelle de Paris, émet l'hypothèse d'un narval géant. Une grande chasse est  organisée à bord de l’Abraham-Lincoln. Aronnax reçoit une lettre du secrétaire de la Marine lui demandant de rejoindre l’expédition pour représenter la France. Le scientifique embarque avec son fidèle domestique flamand, Conseil. A bord, ils font la connaissance de Ned Land, harponneur de Québec. Après des mois de navigation, la confrontation avec le monstre a enfin lieu, et l'Abraham-Lincoln est endommagé. Un choc entre le monstre et la frégate projette Aronnax, Conseil et Ned par dessus bord. Ils échouent finalement sur le dos du monstre, qui n'est autre qu'un sous-marin. Les naufragés sont faits prisonniers et se retrouvent à bord du mystérieux appareil. Ils font alors connaissance du capitaine Nemo, qui refuse de leur rendre la liberté. Alors que Ned et Conseil ne cherchent qu'à s'évader, Aronnax éprouve une certaine curiosité pour Nemo, cet homme qui a fui le monde de la surface et la société. Le capitaine consent à révéler au savant les secrets des mers. Il lui fait découvrir le fonctionnement de son sous-marin, le Nautilus, et décide d’entreprendre un tour du monde des profondeurs. Nos héros découvrent des trésors engloutis, comme l'Atlantide et des épaves d'anciens navires, s'aventurent sur les îles du Pacifique et la banquise du Pôle Sud, chassent dans les forêts sous-marines et combattent des calmars géants. Aronnax finit par découvrir que Nemo utilise le Nautilus comme une machine de guerre, un instrument de vengeance contre les navires appartenant à une « nation maudite » à laquelle il voue une terrible haine.
Mon avis

J'ai beaucoup aimé cette histoire, je me suis complètement laissée entrainer par l'aventure, et les illustrations ne gâtaient rien au plaisir de la lecture. Ce livre est une vraie invitation au voyage... Je l'ai lu à une période où j'avais du mal à déconnecter et pour ça, c'était vraiment la lecture parfaite.

Quand je pense que je n'aimais pas du tout Jules Verne étant petite... Je dois avouer que j'ai lu en diagonale les énumérations de poissons et autres espèces marines, car je trouvais que ça freinait l'histoire. Mais sinon, j'ai adoré le style.

Ma petite déception : le livre ne répond pas à toutes nos questions sur ce capitaine Némo. J'ai lu qu'il apparaissait également dans le livre L'île mystérieuse, je compte donc bien le lire également !


Novembre
Challenge XIXe

1 commentaire:

  1. Je ne suis pas sûre d'avoir lu, un jour ce roman. C'est un de mes buts en 2016 relire des auteurs que j'ai découvert à l'adolescence.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...