vendredi 18 décembre 2015

Le terroriste noir - Tierno Monénembo

Lecture commune avec le groupe Lire le monde autour de cet auteur. J'y ai participé parce que j'avais déjà choisi ce livre dans le cadre du challenge Autour du monde, pour la Guinée.


Ont également lu ce livre : Lettres exprès, Tête de lecture. Du même auteur, La Jument verte et Mon coin lecture ont lu Le Roi de Kahel.

Je sais que le titre n'est pas forcément de très bon aloi en ce moment, mais pas d'inquiétude, ce livre ne parle pas de terrorisme, mais d'un tirailleur sénégalais pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'histoire
Le Terroriste noir est une fiction construite autour de la véritable histoire, aussi méconnue qu’extraordinaire, d’Addi Bâ. Addi Bâ est un jeune Guinéen né vers 1916, adopté en France à l’âge de 13 ans, et qui, devenu soldat pendant la Seconde Guerre, est affecté dans le 12e régiment des tirailleurs sénégalais. Capturé après la bataille de la Meuse, Addi s’évade, erre dans les forêts, avant d’être recueilli par le maire du village de Romaincourt. Élégant et mystérieux, à la fois austère et charmeur, il y fera sensation, mais ce n’est qu’un début : en 1942, il entre en contact avec la Résistance et crée le premier maquis des Vosges. Les Allemands le surnommeront « le terroriste noir ».
L’affaire est racontée 60 ans plus tard, dans un français mâtiné de patois vosgien, par celle qui n’était qu’une jeune fille à l’époque ; c’est chez ses parents que le tirailleur venait écouter Radio-Londres,c’est chez eux qu’il prenait ses repas et faisait laver son linge. 
Mon avis
Une lecture agréable et intéressante, basée sur une histoire vraie (je crois que c'est le genre d'histoire où la réalité dépasse la fiction et qu'on n'aurait pas pu inventer). L'histoire d'un "nègre" dans les Vosges à une époque où personne n'en avait encore vu.

J'ai bien aimé le style, le parler très lorrain, ça change du parler classique et j'ai trouvé que ça nous plantait plus efficacement le décor. L'histoire nous donne des bribes d'informations, des instantanés de vie, à la fois du Guinéen et des habitants locaux. Outre le choc des cultures, on voit aussi la création d'un maquis de l'intérieur, ce qui est aussi intéressant.

J'ai bien aimé l'évolution du livre, qui se divise en deux parties. La première est plutôt amusante et légère, la deuxième devient beaucoup plus sérieuse. De même, au début, Addi Bâ est "le nègre", puis il devient "le noir" pour finir par faire partie de la famille. C'est amusant de voir la progression de l'acceptation des gens. Au début, ce Musulman "fait son difficile", et après, ça devient normal, on n'en parle même plus.

Pour autant, cette lecture n'est pas non plus un coup de coeur, en partie parce que j'ai eu beaucoup de mal au début, j'ai trouvé que la narration de bribes un peu décousues et les différents aller-retour entre différentes époques portait à confusion au début, ce qui est sûrement dû au fait que c'est plus une histoire orale qu'un texte écrit. J'ai bien aimé ce livre, mais sans accrocher complètement, et sans vraiment pouvoir expliquer pourquoi.

Une étape de mon Tour du monde
Un livre dont l'histoire repose sur la couverture
Idée 57 : Cadre photo

4 commentaires:

  1. Je n'ai pas réussi à surmonter ce début décousu et confus... je ne me l'explique pas trop non plus.

    RépondreSupprimer
  2. Le récit décousu et l'oralité n'est il pas le propre des romans africains ? J'avais déjà remarqué ce fait avec Verre cassé d'Alain Mabanckou. J'ai eu du mal avec le début mais j'avais réussi à m'accrocher pour en sortir finalement satisfaite.
    Le terroriste noir évoque un pan de l'histoire de France que je n'ai jamais rencontré en littérature, les africains s'étant battus pour le France. Armée de toutes tes remarques, je le lirai sans doute bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as très certainement raison, je n'y avais pas pensé...il faut dire que je ne fais qu'entamer ma découverte de la littérature africaine. Je garderai ta remarque en tête pour la prochaine fois!

      Supprimer
  3. Ayant bien aimé Le Roi de Kahel, je retenterai cet auteur et pourquoi pas avec ce titre (j'aime bien les histoires vraies qui dépassent la fiction ;-)
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...