lundi 19 juin 2017

Inferno - Dan Brown

Quoi qu'on en dise, un bon Dan Brown, quand on n'a pas l'énergie de se prendre la tête, ça passe toujours très bien ! 


L'histoire
Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l'hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n'a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D'où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon décide de s'enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu'il est en possession d'un message codé, créé par un éminent scientifique qui a consacré sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n'a d'égale que sa passion pour « Inferno », le grand poème épique de Dante. Pris dans une course contre la montre, Langdon et Sienna font tout pour retrouver l'ultime création du scientifique, véritable bombe à retardement.
Mon avis

Je pense qu'il faut distinguer deux parties dans ce livre. D'abord, le côté thriller... Pas franchement le récit du siècle, on voit les choses venir (bien que certaines supposées "failles scénaristiques" s'expliquent à la fin, ce qui est plutôt bien vu) et c'est un peu un remâché des ouvrages précédents de l'auteur. J'avais par exemple vu venir dès le début le lieu final du roman (je ne peux pas en dire plus sans spoiler) parce qu'il y a quelques années j'avais lu un livre qui en parlait, ça m'étonne donc qu'un soit disant éminent professeur d'Harvard à la mémoire absolue mette 600 pages à arriver à la même conclusion... Mais ça passe le temps, ça change les idées et ça donne envie d'aller à Florence. Donc sympa, sans casser des briques.

J'ai été beaucoup plus intéressée par l'autre aspect du roman. Le "méchant", le "monstre" de l'histoire, veut lutter contre la surpopulation pour sauver l'humanité. Je trouve que c'est une question trop peu abordée, un véritable problème, et je trouve bien qu'on en parle ici. Ca donne matière à réfléchir pour qui n'essaie pas de se voiler la face. Et dans cette logique, j'ai vraiment beaucoup aimé la solution et la fin du livre, qui m'a vraiment surprise. Cette trame sauve vraiment l'histoire pour moi, et vaut le coup de la lecture.

Chassé-croisé : le film


En rédigeant ma chronique, je me suis aperçue que le roman venait d'être adapté au cinéma, j'ai donc décidé de le regarder pour comparer...


Comment vous dire... ce n'est pas vraiment la peine. C'est le genre de films que je ne comprends vraiment pas. Il y a une bonne base, de quoi faire un bon divertissement... Et si on changeait à peu près tout pour faire un truc absolument nul ???

C'est confus, moi qui me plaignais de quelques raccourcis dans le bouquin, là, ils sont présents à la pelle. J'entends bien qu'on ne puisse pas adapter entièrement un bouquin, car ce serait trop long. Mais pourquoi virer des pans entiers du livre, très utiles pour comprendre la psyché des personnages, juste pour rajouter des dizaines de minutes de trucs qui n'ont rien à faire là, ne sont pas dans le bouquin et n'apportent strictement RIEN ?

Pour ne rien arranger, en lisant le bouquin, je m'étonnais (agréablement) qu'un Américain ait osé écrire certaines idées... Nous voilà rassurés, dans le bouquin, le puritanisme revient en force et le message du livre, le retournement scénaristique, LE truc qui fait que ça vaut la peine de le lire, saute purement et simplement et est remplacé par quelque chose de convenu et prévisible à souhait.

Je finirai par une dernière déception : je me disais que l'intérêt du film par rapport au livre, c'est qu'on pourrait "voir" Florence, les palais décrits, etc, et que ce serait plus pratique que de dégainer Google Images toutes les deux pages pour rafraichir sa culture. Même là, j'ai été déçue, on ne voit pas grand chose.

Vous l'aurez compris, si vous hésitez, contentez-vous du livre.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...