lundi 17 février 2020

Le sorceleur - Andrzej Sapkowski - 1 Le dernier voeu et 2 L'épée de la providence

En 2020, plus rien ne m'arrête, je vous propose un chassé-croisé autour du monde :) avec le Witcher. En effet, notre auteur est polonais. 


La série
Même si j'avais vaguement entendu parlé de cette saga, je l'ai découverte comme beaucoup de gens avec la série Netflix que l'on a commencé à regarder un après-midi de patatage pendant les vacances, sans rien en attendre.


Verdict, même si au début on ne voit pas bien où ils veulent en venir, car les histoires ont l'air complètement décousue, j'ai tout de suite été séduite par l'univers, l'ambiance, la musique, etc. Et une fois que j'ai compris le lien entre tout, j'ai eu plaisir à revenir aux premiers épisodes pour voir les choses sous un autre angle.

J'ai trouvé l'adaptation fidèle à l'esprit des livres. Les premiers récits sont adaptés assez fidèlement, les suivants moins, mais c'est justifié, la série voulait amener dès le départ les deux personnages féminins principaux, alors que Ciri n'apparait par exemple que dans la deuxième moitié du deuxième tome (vous suivez toujours ?).

Bien sûr, ce n'est pas l'adaptation parfaite et d'autres en ont parlé mieux que moi, mais elle a rejoint mes séries "doudous" car elle permet vraiment de s'évader. Pour mémoire, il s'agit d'une adaptation des premiers livres, même s'il y a des clins d’œil et des choix d'acting entre autres que l'on peut rattacher aux jeux vidéos.

Le jeu vidéo

Admirez la transition ! Dès les premiers épisodes de la série, à regarder le personnage passer du coq à l'âne et d'une aventure à l'autre, je me suis dit "C'est vrai qu'on dirait des quêtes de jeu vidéo". J'ai donc commencé par le premier, soyons fous, et j'ai vraiment adoré. Il est très immersif, je l'ai trouvé facile à prendre en main (et pourtant je suis une quiche pour ça, je mets normalement des plombes), j'ai passé de très joyeuses heures à engueuler Gégé (comment ça, ce n'est pas sa faute si j'appuie sur les mauvaises touches) et à me balader entre deux quêtes.


Tout ce que j'aime dans un jeu vidéo : de la bagarre, mais pas en permanence, un fil pas trop dirigiste qui permet d'alterner comme on veut les quêtes d'histoires et autres au sein d'un chapitre, pleiiin de loot parfaitement inutile donc totalement indispensable :D

Si comme moi vous vous posiez la question, vous pouvez sans problème jouer et lire les bouquins en parallèle, car ce ne sont pas les mêmes intrigues, même si des noms de personnes et de lieux reviennent, ainsi que des références à certaines intrigues du bouquin : pas besoin de connaître une version pour en apprécier l'autre. Le jeu se passe bien après. D'ailleurs j'ai beaucoup aimé l'astuce du jeu : au début, Geralt est complètement amnésique, ce qui nous permet de tout découvrir sans exposition maladroite.

Ensuite, je suis passée au deuxième et, euh, moi qui étais si fière de ma prise en main rapide, ils m'ont tout changé et je n'ai pas avancé d'un pet de goule pendant un moment. Je dois dire que c'était assez frustrant, même si visuellement on sent que le jeu a nettement pris des niveaux. Une fois ce prologue passé, on retrouve le même plaisir que dans le précédent.

Les livres
Geralt de Riv est un homme inquiétant, un mutant devenu le parfait assassin. En ces temps obscurs, ogres, goules et vampires pullulent, et les magiciens sont des manipulateurs experts. Contre ces menaces, il faut un tueur à gages à la hauteur, et Geralt est plus qu’un guerrier ou un mage. C’est un sorceleur. Au cours de ses aventures, il rencontrera une magicienne aux charmes vénéneux, un troubadour paillard au grand cœur…

Vous vous en doutez, j'ai rapidement mis la main sur le premier tome. On retombe sur l'intrigue de la série (mais pas dans le même ordre). Il tient plutôt du recueil de nouvelles que du roman, avec à chaque chapitre une aventure différente. C'est sympa, ça change.


J'ai beaucoup aimé le style, ça se lit tout seul, avec beaucoup d'humour et de références au folklore et aux contes traditionnels européens, l'auteur réécrit notamment à sa sauce des récits comme la Petite sirène ou Blanche-Neige (pour l'instant mon histoire préférée, Le Moindre Mal, c'est celle du premier épisode de la série, même si le côté Blanche-Neige a été un peu perdu dans l'adaptation de la série). Cela contribue à faire qu'on se sente en terrain familier dans ce monde fantastique et imaginaire.

Je compte bien continuer de découvrir la saga, en continuant les jeux en parallèle, en attendant la suite de la série.

Et pour finir, je ne peux pas ne pas vous rappeler l'existence de cette, euh, vidéo, qui m'a vraiment fait beaucoup rire.

Une étape du tour du monde


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...